Vol de nuit : Confessions bisexuelles dans les cieux

Je m’appelle Matheo, un homme de 39 ans, animateur radio/télévision de profession. Après un divorce difficile, j’ai découvert une nouvelle facette de ma sexualité : je suis bisexuel. Je suis de taille moyenne, un peu enrobé, mais cela ne m’empêche pas d’être attirant. Mon pénis est légèrement au-dessus de la moyenne, épais et légèrement courbé vers le haut, non circoncis avec quelques veines apparentes.

Un soir, je me retrouve dans un avion, en route pour animer une émission à l’étranger. Assis à côté de moi, une magnifique femme d’affaires dans la quarantaine, aux fesses rebondies et à la poitrine généreuse. Nos regards se croisent, et je sens une étincelle. Nous commençons à discuter, à flirter, partageant tous deux un verre de vin pour calmer nos nerfs. La cabine de l’avion est légèrement sombre, créant une atmosphère intimiste.

« Vous avez des yeux magnifiques, » je lui dis, me laissant aller à la séduction. Elle sourit, visiblement flattée. Au fil de la conversation, je découvre qu’elle est aussi bisexuelle et aime l’exhibitionnisme. Mon cœur s’emballe, l’idée m’excitant au plus haut point. Je décide de pousser un peu plus loin, la complimentant ouvertement sur ses courbes et son élégance.

« Vous êtes une femme magnifique, » je murmure, mes yeux se posant sur ses lèvres pulpeuses. Elle rougit légèrement, mais je peux voir dans ses yeux qu’elle est attirée par ma confiance et mon charme. Je me sens chaud, excité, mon chibre commençant à se dresser dans mon pantalon.

« Vous êtes très direct, » dit-elle, un sourire en coin. « J’aime ça. »

Je sens une chaleur monter en moi, mon désir grandissant de minute en minute. Je me penche vers elle, murmurant à son oreille, « J’ai envie de vous. Maintenant. » Je peux sentir son parfum, mélange de fleurs et de musc, qui m’enivre.

Ses yeux pétillent de désir, et elle hoche la tête en signe d’accord. Nous décidons de pimenter notre rencontre en rejoignant les toilettes de l’avion, un lieu insolite et excitant. Là, nous laissons libre cours à nos désirs les plus profonds, réalisant ainsi le fantasme d’exhibitionnisme de la femme.

Une fois dans les toilettes, je verrouille la porte derrière nous. L’espace est restreint, mais cela ne fait qu’ajouter à l’excitation. Je me tiens derrière elle, mes mains explorant ses courbes. Je peux sentir sa chaleur à travers ses vêtements, son corps frémissant sous mon toucher.

Je glisse ma main sous sa jupe, sentant la douceur de sa peau. Mes doigts remontent le long de ses cuisses, atteignant sa chatte. Elle est mouillée, prête. Je commence à la doigter, sentant son corps se tendre sous mes caresses. Ses gémissements sont étouffés par la musique d’ambiance de l’avion, mais cela ne fait qu’ajouter à l’excitation.

Je me mets à genoux derrière elle, tirant sa jupe vers le haut, révélant son magnifique cul. Je me penche en avant, ma langue trouvant son chemin vers sa chatte. Je la lèche, savourant son goût sucré. Elle se cambre, poussant son cul contre mon visage.

Je me relève, ma bite dure comme de la pierre. Je sors mon chibre de mon pantalon, le frottant contre ses fesses. Elle se penche en avant, s’appuyant contre le lavabo. Je me positionne derrière elle, ma queue trouvant son chemin vers sa chatte. Je la pénètre lentement, sentant sa chaleur m’envelopper.

Je commence à la baiser, mes coups de reins devenant de plus en plus forts. Je peux sentir son corps frémir sous moi, ses gémissements devenant de plus en plus forts. Je sais que les autres passagers peuvent nous entendre, mais cela ne fait qu’ajouter à l’excitation. Je suis conscient des autres passagers juste à côté, ressentant une adrénaline qui décuple mon plaisir.

Je la retourne, la plaquant contre le mur. Je soulève sa jambe, m’enfonçant encore plus profondément en elle. Elle s’accroche à moi, ses ongles s’enfonçant dans mon dos. Je peux sentir son corps se tendre, ses gémissements devenant de plus en plus forts. Je sais qu’elle est proche.

Soudain, un bruit nous fait sursauter. Une hôtesse de l’air frappe à la porte, demandant si tout va bien. Nous nous figeons, nos respirations saccadées résonnant dans la petite pièce. Je peux sentir le cœur de la femme battre contre le mien, nos corps toujours enlacés.

« Tout va bien, » répond-elle, sa voix légèrement tremblante. L’hôtesse s’éloigne, et nous nous regardons, un sourire nerveux sur nos lèvres. Nous savons que nous devons continuer, que notre rencontre passionnelle est loin d’être terminée. Mais pour l’instant, nous savourons ce moment d’adrénaline, ce frisson d’excitation. Nous savons que nous vivons une expérience unique, une aventure qui continuera de nous enflammer pour le reste du vol.Je la regarde, nos yeux se croisant dans un mélange d’excitation et d’appréhension. Je peux voir dans son regard qu’elle a la même envie que moi, véritable feu dévorant qui ne demande qu’à être attisé. Nous reprenons notre exploration, dévorant nos lèvres l’une de l’autre, nos langues dansant dans un ballet passionné et endiablé.

« Continuons, » lui chuchoté-je, caressant ses fesses rebondies. Elle hoche la tête, un sourire coquin sur ses lèvres. Nous reprenons notre étreinte, nos mains explorant chaque recoin de nos corps.

Je l’attire contre moi, mon érection pressée contre son ventre. Je peux sentir sa chatte chaude et humide, prête à être pénétrée à nouveau. Je la soulève légèrement, elle s’embroche sur ma queue, poussant un gémissement étouffé par nos baisers langoureux.

Je la plaque contre le mur, mes coups de reins devenant plus puissants, plus profonds. Je peux sentir son corps frémir contre le mien, ses ongles s’enfonçant dans ma peau, ses gémissements devenant plus bruyants. Je sais que les autres passagers doivent nous entendre, mais cela ne fait qu’augmenter notre excitation.

Je la retourne, l’obligeant à se pencher sur le lavabo. Je lui écarte les fesses, admirant sa rondelle serrée et invitante. Je crache sur mes doigts, me mettant à la doigter doucement. Elle pousse un gémissement, se cambrant davantage.

« T’aimes ça, salope? » lui demandé-je, mes doigts continuant à explorer son fion. Elle hoche la tête, un gémissement sortant de sa bouche. Je peux sentir son anus se relâcher, se préparant à ma queue.

Je retire mes doigts, positionnant ma bite à l’entrée de son cul. Je la pénètre lentement, sentant la résistance de sa rondelle. Elle pousse un cri, mais ne me demande pas d’arrêter. Je commence à l’enculer, mes coups de reins devenant plus puissants, plus profonds. Je peux sentir son anus serré entourer ma queue, me procurant une sensation indescriptible.

Je la baise ainsi pendant plusieurs minutes, profitant de chaque gémissement, de chaque cri. Je peux sentir mon orgasme approcher, mais je ne veux pas que cela s’arrête. Je retire ma queue de son cul, la ramenant vers sa chatte. Je la pénètre de nouveau, sentant sa chaleur m’envelopper.

Je la baise ainsi, la faisant passer de l’un à l’autre, profitant de chaque sensation. Je peux sentir son corps se tendre, entendant ses gémissements devenir plus forts. Je sais qu’elle est proche de l’orgasme, et cela ne fait qu’augmenter mon excitation.

Soudain, elle se fige, criant mon nom. Je peux sentir son corps frémir, ses muscles se contracter autour de ma queue. Cela me pousse par-dessus le bord, et je jouis, mon sperme se répandant en elle. Nous restons ainsi, nos corps enlacés, profitant de l’orgasme qui nous submerge.

Nous nous rhabillons en silence, un sourire sur nos lèvres. Nous savons que cela a été une expérience unique, un moment d’excitation et d’exhibitionnisme que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

Nous retournons à nos sièges, comme si de rien n’était. Mais je peux sentir son regard sur moi, nos corps qui se frôlent. Je sais que cela n’a été qu’un aperçu de ce que nous pouvons vivre ensemble.

Le reste du vol se passe dans une tension sexuelle palpable. Nous n’osons pas reprendre nos ébats, conscients des regards des autres passagers. Mais je peux voir dans son regard qu’elle a la même envie que moi, qu’elle a hâte de continuer.

Lorsque nous atterrissons, nous échangeons nos numéros, un sourire sur nos lèvres. Nous savons que cela n’a été qu’un début, que nous allons reprendre notre exploration là où nous l’avons laissée.

Dans l’immédiat, je dois animer mon émission. Mais je sais que bientôt, je vais retrouver cette chaudasse dans un lit, profitant de chaque courbe, de chaque centimètre de son corps. Je sais que nous allons repousser nos limites, explorant chaque fantasme, chaque désir.

Je m’éloigne d’elle, un sourire sur mes lèvres. Je sais que cela a été le début d’une aventure sexuelle inoubliable, une rencontre qui va marquer mon voyage et ma vie. Je me tourne vers l’avenir, excit

Publications similaires