Un week-end dans un parc : Désir anal et séduction intense

Je m’appelle Tiago, un trader européen de 36 ans, grand et corpulent. Récemment divorcé, je me suis retrouvé avec une nouvelle liberté qui m’a permis d’explorer mes fantasmes les plus profonds. J’ai toujours été attiré par le plaisir anal, et je me suis promis de réaliser ce fantasme un jour.

Un week-end, je me suis rendu dans un parc d’attractions. J’errais sans but précis, profitant de l’atmosphère joyeuse et insouciante. C’est alors que je l’ai vue. Une femme brune, aux courbes généreuses et aux fesses rebondies. Sa peau lisse et ses lèvres pulpeuses m’ont immédiatement attiré. Ses yeux pétillants et son sourire ravageur ne m’ont pas laissé indifférent. Elle travaillait dans l’un des stands du parc.

Je me suis approché d’elle, intrigué et excité par son apparence. « Salut, je m’appelle Tiago, » lui ai-je dit, un sourire aux lèvres. Elle m’a répondu avec un sourire encore plus radieux. « Enchantée, Tiago. Moi, c’est Clara. » Sa voix était douce et sensuelle, et j’ai tout de suite su que j’avais envie de la connaître davantage.

Nous avons commencé à discuter et j’ai découvert qu’elle était aussi ouverte d’esprit que moi. Je me sentais de plus en plus attiré par elle et j’ai décidé de tenter ma chance. « Clara, j’aimerais beaucoup faire un tour de grande roue avec toi, » lui ai-je proposé, profitant de l’intimité de la nacelle pour la séduire.

Elle a accepté mon invitation et nous nous sommes dirigés vers la grande roue. Une fois installés dans la nacelle, j’ai posé ma main sur sa cuisse, sentant la chaleur de sa peau à travers son pantalon. Elle a frémi à mon toucher, mais n’a rien dit. J’ai alors glissé ma main vers son entrejambe, sentant l’humidité à travers son pantalon. « Tu es trempée, Clara, » lui ai-je murmuré à l’oreille. Elle a haleté, mais n’a toujours rien dit.

J’ai commencé à caresser sa chatte à travers son pantalon, sentant sa mouille se répandre à travers le tissu. Elle a commencé à gémir doucement, se laissant aller à mes caresses. Je l’ai embrassée passionnément, ma langue explorant sa bouche. J’ai glissé ma main sous son pantalon, sentant sa chatte trempée. J’ai commencé à la doigter, sentant ses muscles se contracter autour de mes doigts. « Tu aimes ça, salope? » lui ai-je demandé. Elle a haleté, hochant la tête. « Oui, Tiago, j’aime ça, » a-t-elle répondu.

J’ai continué à la doigter, ajoutant un deuxième doigt pour l’élargir davantage. Elle a gémi de plus en plus fort, se tordant de plaisir. J’ai senti son orgasme approcher et je l’ai encouragée à se laisser aller. « Vas-y, salope, jouis pour moi, » lui ai-je ordonné. Elle a crié, son corps se contractant autour de mes doigts.

Lorsque nous sommes descendus de la grande roue, Clara avait les joues rouges et le souffle court. Je pouvais voir dans ses yeux qu’elle en voulait plus. J’ai décidé de l’inviter à quitter le parc avec moi. Elle a accepté, un sourire coquin aux lèvres.

Nous avons quitté le parc ensemble et nous nous sommes retrouvés dans un hôtel proche. Je savais que ce serait l’endroit idéal pour réaliser mon fantasme anal. J’avais hâte de sentir son cul serré autour de ma bite, de la baiser comme la chienne qu’elle était.

Dans la chambre d’hôtel, nous nous sommes déshabillés rapidement, impatients de nous retrouver nus l’un contre l’autreNue devant moi, Clara était encore plus séduisante que je ne l’avais imaginé. Ses seins ronds et fermes, ses courbes généreuses et son cul rebondi m’ont immédiatement fait bander. Sa chatte rasée brillait d’excitation, et je pouvais voir ses lèvres humides et gonflées, prêtes à être dévorées. « Tu es magnifique, Clara, » lui ai-je dit, la voix rauque de désir.

Je l’ai poussée sur le lit, et elle s’est allongée sur le dos, les jambes écartées, m’offrant une vue imprenable sur sa chatte trempée. Je me suis penché sur elle, et j’ai commencé à lécher sa chatte, mon langue explorant chaque recoin de son sexe. Elle a gémi de plaisir, ses mains agrippant les draps. Je l’ai doigtée en même temps, deux doigts glissant facilement dans sa chatte détrempée.

Après l’avoir fait jouir plusieurs fois avec ma langue et mes doigts, je me suis levé, ma bite dure comme de la pierre. « Tu veux ma bite, salope? » lui ai-je demandé, un sourire narquois aux lèvres. Elle a hoché la tête, les yeux brillants de désir. « Oui, Tiago, je veux ta bite, » a-t-elle dit, sa voix à peine audible.

Je me suis positionné entre ses jambes, et j’ai enfoncé ma bite dans sa chatte en un seul coup de reins. Elle a crié de plaisir, ses ongles griffant mon dos. Je l’ai baisée sauvagement, mes couilles claquant contre son cul à chaque coup de rein. Je pouvais sentir sa chatte se contracter autour de ma bite, essayant de m’extraire le maximum de plaisir.

Après quelques minutes de ce traitement, je l’ai retournée sur le ventre, et je l’ai pénétrée en levrette. Son cul rebondi se dressait devant moi, et je ne pouvais m’empêcher de le claquer, laissant une empreinte rouge sur sa peau lisse. Elle a haleté de plaisir, poussant son cul contre moi. « Tu aimes ça, chienne? » lui ai-je demandé, continuant à la baiser avec force. « Oui, Tiago, j’aime ça, » a-t-elle répondu, sa voix étouffée par les draps.

Je l’ai baisée pendant de longues minutes, changeant de position régulièrement pour notre plus grand plaisir. Elle a joui plusieurs fois, son corps se contractant autour de ma bite. Mais je n’avais pas encore terminé. Je voulais réaliser mon fantasme anal, et je savais qu’elle était prête pour ça.

Je l’ai fait s’allonger sur le ventre, et je me suis penché sur elle, écartant ses fesses. Son anus était serré, mais humide de sa mouille et de ma salive. J’ai craché sur mon doigt, et je l’ai enfoncé dans son cul, la préparant pour ma bite. Elle a haleté, mais ne s’est pas plainte. Je savais qu’elle était prête à se faire enculer.

J’ai retiré mon doigt, et j’ai positionné ma bite contre son anus. Je l’ai pénétrée lentement, sentant son cul se contracter autour de ma bite. Elle a crié, mais ne m’a pas demandé d’arrêter. Au contraire, elle a poussé son cul contre moi, m’encourageant à continuer. Je l’ai enculée lentement au début, lui laissant le temps de s’habituer à ma bite. Puis, je l’ai enculée de plus en plus fort, sentant son cul se serrer autour de ma bite.

Elle a joui encore une fois, son corps se tortillant sous moi. Je pouvais sentir mon orgasme approcher, et je savais que je ne pourrais pas me retenir plus longtemps. « Je vais jouir, salope, » lui ai-je dit, la voix rauque de plaisir. « Jouis dans mon cul, Tiago, » m’a-t-elle répondu, sa voix tremblante.

Je l’ai enculée une dernière fois, et j’ai joui, mon sperme se répandant dans son cul. Je me suis retiré d’elle, et je me suis allongé à côté d’elle, essoufflé et satisfait. Elle s’est blottie contre moi, un sourire aux lèvres. « Merci, Tiago, » m’a-t-elle dit, sa voix douce et chaleureuse. « Merci de m’avoir fait découvrir de nouvelles sensations. »

Je l’ai serrée dans mes bras, heureux d’avoir réalisé mon fantasme avec elle. Je savais que ce n’était que le début de notre histoire, et j’avais hâte de découvrir ce que l’avenir nous réservait

Publications similaires