Fantasme à 10 000 mètres : Une rencontre torride dans les toilettes d’un avion

Je m’appelle Flore, un jeune homme de 23 ans, grand et rond, d’origine arabe. Je travaille comme boulanger et je vis en union libre. Je suis bisexuel et j’ai un faible pour l’exhibitionnisme et le sexe dans des lieux insolites. Cette fois, je me retrouve à bord d’un avion pour un voyage d’affaires, et l’idée de réaliser l’un de mes fantasmes les plus osés me traverse l’esprit : faire l’amour dans les toilettes d’un avion.

Mon cœur bat la chamade alors que je repère une hôtesse de l’air qui me fait de l’œil depuis le début du vol. Elle est grande, mince, avec des courbes qui me donnent envie de la toucher. Ses yeux pétillants et son sourire coquin m’encouragent à me lancer. Je me lève de mon siège et je m’approche d’elle avec assurance.

« Salut, je m’appelle Flore, » lui dis-je avec un sourire. « Je t’ai remarqué depuis tout à l’heure et je dois dire que tu me plais beaucoup. »

Elle semble surprise mais ravie de mon approche. « Salut Flore, je m’appelle Clara, » me répond-elle avec un sourire encore plus grand.

Je décide de me lancer et de lui faire part de mon désir. « Écoute, Clara, j’ai un fantasme un peu fou et j’aimerais que tu m’aides à le réaliser, » lui dis-je en baissant légèrement la voix. « J’ai envie de faire l’amour dans les toilettes de l’avion. Qu’en dis-tu ? »

Clara semble surprise mais excitée par ma proposition. Elle me regarde dans les yeux et me répond : « Je dois avouer que c’est un fantasme qui me tente aussi. Allons-y. »

Je me sens déjà excité alors que nous nous dirigeons vers les toilettes de l’avion. Une fois à l’intérieur, je me laisse aller à mes pulsions les plus primaires. Je la plaque contre la paroi, l’embrasse fougueusement et commence à la déshabiller. Je caresse ses seins, sa chatte déjà trempée, et je sens son désir monter. Elle se met à genoux et commence à me sucer avec avidité, me faisant gémir de plaisir.

Je suis aux anges en sentant sa bouche chaude autour de ma bite. Elle me pompe avec ardeur, me faisant sentir chaque centimètre de sa langue sur mon chibre durci. Je me sens prêt à exploser, mais je ne veux pas encore jouir. Je veux la baiser dans toutes les positions possibles avant de jouir.

Je la prends ensuite en levrette, la pénétrant profondément tout en lui donnant des fessées. Le risque de nous faire surprendre à tout moment ajoute une dose d’adrénaline à notre ébat. Je me sens comme un étalon en rut, en train de baiser une chienne en chaleur. Je la pénètre de plus en plus fort, sentant son cul rebondir contre mes cuisses.

« Oh oui, baise-moi comme une salope ! » me crie-t-elle, me donnant encore plus envie de la prendre.

Je la retourne ensuite sur le dos, les jambes écartées, et la pénètre de nouveau. Je sens sa chatte trempée autour de ma queue, me serrant de plus en plus fort. Je me mets à la doigter en même temps, sentant son clitoris gonflé sous mes doigts. Elle gémis de plus en plus fort, me donnant envie de la faire jouir.

Je commence à sentir mon orgasme monter en moi, mais je ne veux pas encore jouir. Je veux la faire jouir avant moi. Je me mets donc à la lécher, sentant sa chatte mouillée sur ma langue. Je la lèche avec avidité, sentant son clitoris gonflé sous ma langue. Elle se met à gémir de plus en plus fort, me donnant envie de la faire jouir encore plus.

Je sens qu’elle est prête à jouir, alors je me remets à la baiser. Je la pénètre de plus en plus fort, sentant sa chatte se serrer autour de ma queue. Elle se met à crier de plaisir, me donnant envie de jouir avec elle.

Je me sens prêt à exploser, alors je me retire et commence à me masturber devant elle. Je sens le sperme monter en moi, prêt à jaillir. Je me branle de plus en plus fort, sentant mon orgasme arriver. Et finalement, je jouis, sentant mon sperme chaud se répandre sur son corps.

Je me sens vidé après mon orgasme, mais heureux d’avoir réalisé l’un de mes fantasmes les plus fous. Je me lève et me rhabille, me préparant à quitter les toilettes. Clara se rhabille également, avec un sourire satisfait sur le visage.

« Merci, Flore, » me dit-elle en me faisant un clin d’œil. « C’était incroyable. »

Je lui souris en retour et je quitte les toilettes, le sourire aux lèvres. Je savoure le reste du vol, déjà impatient de vivre de nouvelles aventures sexuelles. Mais peu importe ce qui m’attend, je sais que cette expérience restera gravée dans ma mémoire pour toujours.

À suivre…Je me sens toujours excité après notre ébat dans les toilettes de l’avion, et je passe le reste du vol à me remémorer chaque détail de notre rencontre torride. Clara continue de travailler, mais elle me jette des regards coquins de temps en temps, me faisant savoir qu’elle pense aussi à notre moment passé ensemble.

Quand l’avion atterrit enfin, je me sens un peu triste que notre voyage soit terminé, mais je sais que je dois me concentrer sur la raison pour laquelle je suis venu ici : mon travail. Je suis en voyage d’affaires pour rencontrer des fournisseurs potentiels pour ma boulangerie, et je dois être professionnel et concentré.

Je me rends à mon hôtel et je m’installe dans ma chambre. Je prends une douche froide pour me calmer un peu, mais je ne peux m’empêcher de penser à Clara et à notre rencontre dans les toilettes de l’avion. Je me branle en pensant à elle, sentant mon chibre durcir dans ma main alors que je me rappelle sa bouche chaude et sa chatte trempée.

Le lendemain, je me rends à ma première réunion d’affaires. Je suis un peu nerveux, mais je me concentre sur mon travail et je réussis à impressionner les fournisseurs potentiels. Ils me proposent même de visiter leur usine le lendemain pour voir comment ils travaillent.

Je suis content de moi, mais je suis aussi excité à l’idée de passer une autre nuit loin de chez moi. Je décide de sortir et de profiter de la ville. Je me rends dans un bar et je commande un verre. Je repère rapidement une jolie femme assise seule au bar, et je décide de l’aborder.

« Salut, je m’appelle Flore, » lui dis-je avec un sourire. « Je t’ai remarqué depuis tout à l’heure et je dois dire que tu me plais beaucoup. »

Elle me regarde avec un sourire coquin et me répond : « Salut Flore, je m’appelle Sophie. Tu es en ville pour le travail ? »

Je lui réponds que oui et nous commençons à discuter. Je découvre qu’elle est une femme d’affaires qui travaille dans la même industrie que moi. Nous parlons de notre travail, mais je peux sentir la tension sexuelle entre nous.

Je décide de me lancer et de lui faire part de mon désir. « Écoute, Sophie, j’ai envie de te baiser, » lui dis-je en baissant légèrement la voix. « Qu’en dis-tu ? »

Elle me regarde avec un sourire encore plus grand et me répond : « Je dois avouer que j’ai envie de toi aussi. Allons-y. »

Nous quittons le bar et nous nous dirigeons vers ma chambre d’hôtel. Une fois à l’intérieur, je me laisse aller à mes pulsions les plus primaires. Je la plaque contre le mur, l’embrasse fougueusement et commence à la déshabiller. Je caresse ses seins, sa chatte déjà mouillée, et je sens son désir monter. Elle se met à genoux et commence à me sucer avec avidité, me faisant gémir de plaisir.

Je suis aux anges en sentant sa bouche chaude autour de ma bite. Elle me pompe avec ardeur, me faisant sentir chaque centimètre de sa langue sur mon chibre durci. Je me sens prêt à exploser, mais je ne veux pas encore jouir. Je veux la baiser dans toutes les positions possibles avant de jouir.

Je la prends ensuite en levrette, la pénétrant profondément tout en lui donnant des fessées. Le risque de nous faire surprendre ajoute une dose d’adrénaline à notre ébat. Je me sens comme un étalon en rut, en train de baiser une chienne en chaleur. Je la pénètre de plus en plus fort, sentant son cul rebondir contre mes cuisses.

« Oh oui, baise-moi comme une salope ! » me crie-t-elle, me donnant encore plus envie de la prendre.

Je la retourne ensuite sur le dos, les jambes écartées, et la pénètre de nouveau. Je sens sa chatte trempée autour de ma queue, me serrant de plus en plus fort. Je me mets à la doigter en même temps, sentant son clitoris gonflé sous mes doigts. Elle gémis de plus en plus fort, me donnant envie de la faire jouir.

Je commence à sentir mon orgasme monter en moi, mais je ne veux pas encore jouir. Je veux la faire jouir avant moi. Je me mets donc à la lécher, sentant sa chatte mouillée sur ma langue. Je la lèche avec avidité, sentant son clitoris gonflé sous ma langue. Elle se met à gémir de plus en plus fort, me donnant envie de la faire jouir encore plus.

Je sens qu’elle est prête à jouir, alors je me remets à la baiser. Je la pénètre de plus en plus fort, sentant sa chatte se serrer autour de ma queue. Elle se met à crier de plaisir, me donnant envie de jouir avec elle.

Je me sens prêt à exploser, alors je me retire et commence à me masturber devant elle. Je sens le sperme monter en moi, prêt à jaillir. Je me branle de plus en plus fort, sentant mon orgasme arriver. Et finalement, je jouis, sentant mon sperme chaud se répandre sur son corps.

Je me sens vidé après mon orgasme, mais heureux d’avoir réalisé l’un de mes fantasmes les plus fous. Je me lève et me rhabille, me préparant à quitter la chambre. Sophie se rhabille également, avec un sourire satisfait sur le visage.

« Merci, Flore, » me dit-elle en me faisant un clin d’œil. « C’était incroyable. »

Je lui souris en retour et je quitte la chambre, le sourire aux lèvres. Je savoure le reste de mon voyage, déjà impatient de vivre de nouvelles aventures sexuelles. Mais peu importe ce qui m’attend, je sais que ces expériences resteront gravées dans ma mémoire pour toujours.

À suivre

Publications similaires