Exhibition torride : Gang bang sur le toit d’un immeuble

Je suis Alyssa, une chef cuisinière africaine de 40 ans, grande et plantureuse. Ma vie amoureuse est aussi pimentée que mes plats, car je suis célibataire, bisexuelle, et j’ai un faible pour l’exhibitionnisme et le sexe en plein air. Après une longue journée de travail au restaurant, j’ai décidé de monter sur le toit de l’immeuble pour profiter de la vue sur la ville et me détendre un peu.

Vêtue seulement de mon tablier de cuisine et de mes sous-vêtements, je me sentais déjà excitée à l’idée d’être exposée aux yeux des passants. La fraîcheur de la nuit caressait ma peau, faisant poindre mes tétons sous mon soutien-gorge. Je pouvais sentir mon désir monter en moi, comme une vague qui déferle sur le sable. J’ai commencé à caresser mes seins généreux, pinçant mes tétons entre mes doigts, tout en imaginant les gens qui m’observent depuis les rues en contrebas.

Je me suis laissée aller à mes pulsions, glissant ma main dans ma culotte. J’ai senti la chaleur de ma chatte mouillée, et j’ai commencé à me masturber avec fougue. Mes doigts glissaient facilement dans ma fente, tandis que mon autre main continuait à malaxer mes seins. Je me sentais comme une chienne en chaleur, une salope qui s’exhibe pour le plaisir des autres.

Soudain, j’ai entendu des voix et des rires provenant d’un groupe de personnes qui montaient sur le toit pour profiter de la soirée. Mon cœur s’est mis à battre la chamade, mais au lieu de me cacher, j’ai décidé d’en profiter pour réaliser l’un de mes fantasmes les plus osés : me faire prendre en gang bang sur ce toit, avec la ville en toile de fond.

Je me suis retournée vers le groupe, dévoilant mon corps presque nu, et je les ai invités à se joindre à moi pour une soirée inoubliable. Ils étaient d’abord surpris, mais rapidement séduits par ma confiance et mon audace. Ils se sont approchés de moi, me dévorant des yeux comme des loups affamés. Je me sentais désirée, et cela ne faisait qu’augmenter mon excitation.

Je me suis mise à genoux devant eux, prête à sucer leurs queues comme une vraie cochonne. J’ai sorti le premier chibre de son pantalon, et j’ai commencé à le pomper avec avidité. J’ai senti sa bite grossir dans ma bouche, tandis que mes mains caressaient les autres membres du groupe. Je passais de l’un à l’autre, suçant et caressant leur bite, comme une vraie chienne en chaleur.

Mais je voulais plus que ça. Je voulais sentir ces bites en moi, me baiser dans tous les sens. J’ai demandé à l’un des hommes de me prendre en levrette, et il s’est exécuté avec plaisir. J’ai senti sa queue dure pénétrer ma chatte mouillée, tandis que je continuais à sucer un autre homme. Je me faisais baiser comme une salope, et j’adorais ça.

J’ai ensuite demandé à un autre homme de me prendre en double pénétration, et il s’est positionné derrière moi, sa bite prête à s’enfoncer dans mon cul. Je me sentais comme une vraie chaudasse, prête à tout pour assouvir mon désir. J’ai senti sa queue forcer l’entrée de mon anus, et j’ai poussé un cri de douleur et de plaisir. Je me faisais enculer comme une chienne, tandis que l’autre homme continuait à me baiser la chatte.

Je … » Je vais m’arrêter là pour le moment, chers lecteurs. La suite de cette soirée inoubliable vous attend dans la prochaine partie de mon histoire. Restez à l’écoute pour découvrir comment j’ai joui sous les étoiles, marquant ainsi la fin de cette expérience sexuelle hors du commun.Les va-et-vient des bites en moi se sont intensifiés, et je me sentais au bord de l’orgasme. Je me faisais limer la chatte et le cul avec une intensité dévorante, tandis que mes seins ballottaient au rythme de leurs coups de reins. Mes cris de plaisir résonnaient dans la nuit, mêlés aux gémissements des hommes qui se délectaient de mon corps de chaudasse.

Je me suis ensuite allongée sur le dos, les jambes écartées, offrant ma chatte trempée à un autre homme. Il s’est penché sur moi, suçant mes tétons, tandis que sa queue me pénétrait avec force. Je pouvais sentir le sperme couler de mon cul béant, tandis que ma chatte se faisait baiser avec une violence inouïe. Je me sentais comme une vraie salope, prête à recevoir le foutre de tous ces hommes en moi.

« Oh oui, baise-moi comme une chienne ! » ai-je crié, tandis que je me doigtais le clitoris avec frénésie.

L’homme qui me baisait m’a alors retournée sur le ventre, me prenant en levrette. Ses couilles claquaient contre mon cul, tandis que sa queue me labourait avec une force inouïe. Je me sentais comme une vraie chienne en chaleur, prête à recevoir la semence de tous ces mâles.

« Oh putain, je vais jouir ! » ai-je hurlé, tandis que mon orgasme déferlait en moi comme une vague.

Le premier homme s’est alors retiré, et un autre l’a remplacé, enfonçant sa bite dans ma chatte encore palpitante. Je me suis mise à genoux, suçant avec avidité la queue de l’homme qui venait de jouir en moi, tandis que je me faisais baiser en levrette. J’étais comme possédée par le désir, prête à tout pour assouvir ma soif de sexe.

L’homme que je suçais a alors éjaculé dans ma bouche, et j’ai savouré sa semence avec délectation. Je me sentais comme une vraie cochonne, prête à engloutir le foutre de tous ces hommes. Pendant ce temps, l’homme qui me baisait a retiré sa queue de ma chatte, et l’a enfoncée dans mon cul dilaté. Je me suis mise à gémir comme une chienne, tandis que je me faisais enculer avec force.

« Oh oui, défonce-moi le fion ! » ai-je crié, tandis que je me doigtais la chatte avec frénésie.

L’homme s’est alors retiré, et j’ai senti le sperme couler de mon anus béant. Je me suis mise à genoux, offrant ma bouche aux autres hommes, qui se sont succédé pour me faire une éjaculation faciale. Je me sentais comme une vraie salope, recouverte de sperme, et j’adorais ça.

Je me suis alors allongée sur le dos, les jambes écartées, offrant ma chatte et mon cul aux hommes qui voulaient encore jouir en moi. Ils se sont succédé, me baisant et m’enculant avec une intensité dévorante, tandis que je gémissais de plaisir. Je me sentais comme une vraie chienne en chaleur, prête à recevoir la semence de tous ces mâles.

« Oh putain, je vais jouir ! » ai-je crié, tandis que mon orgasme déferlait en moi comme une vague.

Les hommes ont alors éjaculé en moi, remplissant ma chatte et mon cul de leur foutre brûlant. Je me sentais comme une vraie chaudasse, recouverte de sperme, et j’adorais ça. Je me suis allongée sur le sol, épuisée mais comblée, tandis que les hommes se rhabillaient et quittaient le toit.

Je suis restée là, nue et recouverte de sperme, profitant de la fraîcheur de la nuit sur ma peau. Je me sentais comme une vraie salope, mais j’assumais pleinement mes désirs et mes pulsions. J’avais réalisé l’un de mes fantasmes les plus osés, et j’en étais fière.

Je me suis alors relevée, prête à reprendre le cours de ma vie. Je savais que cette expérience sexuelle hors du commun resterait gravée dans ma mémoire, comme un souvenir inoubliable de ma vie de chienne en chaleur. Je me suis rhabillée, et je suis descendue du toit, le sourire aux lèvres et la chatte encore mouillée de désir.

Cette nuit-là, j’avais été Alyssa, la chef cuisinière africaine, grande et plantureuse, mais aussi une véritable chaudasse, prête à tout pour assouvir ses pulsions sexuelles. Et j’en étais fière

Publications similaires