Exhibition torride dans la salle de sport : mon fantasme réalisé

Je m’appelle Samy, un homme de 59 ans, directeur artistique à la retraite. Je suis veuf depuis quelques années et je me considère comme un homme bisexuel avec une attirance particulière pour l’exhibitionnisme. Je suis de taille moyenne, mince et d’origine européenne. Un jour, alors que je me rendais dans ma salle de sport habituelle, j’ai remarqué une nouvelle venue. Une femme d’une quarantaine d’années, pulpeuse et très attirante. Elle avait des courbes généreuses et un regard envoûtant. J’ai tout de suite su que je devais la séduire.

Je me suis approché d’elle, lui ai adressé un sourire charmeur et lui ai dit : « Bonjour, je suis Samy. Je n’ai pas eu le plaisir de vous voir ici auparavant. » Elle m’a répondu avec un sourire timide : « Je suis nouvelle ici. Je m’appelle Léa. » J’ai saisi cette opportunité pour lui faire des avances subtiles mais directes. « Je peux vous montrer quelques exercices si vous voulez. Je connais cette salle comme ma poche. » Elle a accepté avec enthousiasme.

Je l’ai emmenée dans la salle de musculation, où il y avait moins de monde. J’ai commencé à lui montrer des exercices, en veillant à ce que nos corps soient toujours en contact. Je pouvais sentir la chaleur de son corps, son parfum envoûtant. Je la touchais discrètement, mais suffisamment pour qu’elle comprenne mes intentions. Elle ne semblait pas gênée, au contraire, elle semblait excitée. Je pouvais voir ses tétons se dresser sous son débardeur de sport.

Je lui ai alors proposé de l’aider à étirer ses muscles. Elle a accepté, se positionnant sur le banc d’étirement. J’ai commencé à lui masser les jambes, remontant lentement vers ses cuisses charnues. Je pouvais sentir sa peau douce et chaude sous mes mains. Elle a gémi légèrement, mais ne m’a pas repoussé. J’ai continué mes caresses, de plus en plus audacieuses, effleurant sa chatte humide à travers son legging.

Je pouvais sentir son excitation, sa chatte était trempée. J’ai glissé ma main dans son legging, commençant à la doigter lentement. Elle a gémis plus fort cette fois, mais n’a toujours pas tenté de m’arrêter. Je pouvais voir les autres sportifs nous regarder, mais cela ne faisait qu’augmenter mon excitation. J’étais en train de réaliser mon fantasme d’exhibitionniste.

Je lui ai alors chuchoté à l’oreille : « Tu aimes ça, salope ? Te faire doigter devant tout le monde ? » Elle a gémi en réponse, ses mains agrippant le banc d’étirement. Je pouvais sentir sa chatte se contracter autour de mes doigts, elle était prête à jouir. J’ai alors décidé de passer à la vitesse supérieure.

J’ai sorti ma bite de mon short, elle était dure comme de la pierre. Je l’ai positionnée derrière elle, sa chatte bien en évidence. Je l’ai pénétrée d’un coup sec, la faisant crier de plaisir. Je pouvais sentir sa chatte chaude et humide m’envelopper, c’était incroyable. Je l’ai baisée sans retenue, mes couilles claquant contre ses fesses à chaque coup de rein.

Les autres sportifs nous regardaient avec étonnement, mais cela ne faisait qu’augmenter mon excitation. Je pouvais sentir mon orgasme approcher, ma bite prête à exploser. Je lui ai alors demandé : « Tu veux que je jouisse en toi, chienne ? » Elle a crié oui, ses mains agrippant mes cuisses.

Je me suis alors retiré d’elle, la laissant haletante et tremblante de désir. Je lui ai dit : « Tourne-toi et suce-moi, salope. Je veux jouir dans ta bouche. » Elle s’est exécutée sans hésiter, prenant ma bite dans sa bouche chaude et humide. Elle me pompait avec avidité, ses lèvres glissant le long de ma queue.

Je pouvais sentir mon orgasme approcher, ma bite prête à exploser. Je lui ai alors dit : « Je vais jouir, prépare-toi. » Elle a gémi en réponse, suçant plus fort. Je me suis alors vidé dans sa bouche, mon sperme chaud et épais se répandant dans sa gorge. Elle a tout avalé, léchant mes couilles avec gourmandise.

Je me suis alors retiré d’elle, la laissant haletante et tremblante de désir. Je lui ai dit : « Ce n’est que le début, chienne. Je vais te faire jouir comme jamais auparavant. » Elle m’a regardé avec des yeux pleins de désir, attendant avec impatience la suite de notre rencontre.

A suivre…Je l’ai emmenée dans la salle de musculation, où il y avait moins de monde. Je voulais la faire mienne, la posséder complètement. Je lui ai demandé de s’allonger sur le banc de musculation, les jambes écartées. J’ai commencé à lui lécher la chatte, savourant le goût de son excitation. Elle gémissait de plaisir, ses mains agrippant mes cheveux.

Je lui ai alors dit : « Tu es à moi maintenant, salope. Je vais te baiser comme tu n’as jamais été baisée auparavant. » Elle a gémi en réponse, ses jambes tremblant de désir. Je me suis positionné entre ses cuisses, ma bite prête à la pénétrer de nouveau.

Je l’ai baisée avec fougue, mes couilles claquant contre son cul à chaque coup de rein. Elle criait de plaisir, ses seins rebondissant au rythme de nos va-et-vient. Je pouvais sentir son anus se contracter, elle était prête à être enculée.

Je lui ai alors demandé : « Tu veux sentir ma bite dans ton cul, chienne ? » Elle a crié oui, ses yeux suppliants. Je lui ai craché sur la rondelle, la lubrifiant avec ma salive. J’ai alors commencé à la pénétrer, lentement mais sûrement. Elle a crié de douleur, mais je pouvais voir l’excitation dans ses yeux.

Je l’ai enculée sans retenue, ma bite allant et venant dans son fion serré. Elle criait de plaisir et de douleur, ses mains agrippant le banc de musculation. Je pouvais sentir mon orgasme approcher, ma bite prête à exploser.

Je lui ai alors demandé : « Tu veux que je jouisse dans ton cul, chienne ? » Elle a crié oui, ses yeux suppliants. Je me suis alors retiré d’elle, la laissant haletante et tremblante de désir. Je lui ai dit : « Tourne-toi et suce-moi, salope. Je veux jouir dans ta bouche. »

Elle s’est exécutée sans hésiter, prenant ma bite dans sa bouche chaude et humide. Elle me pompait avec avidité, ses lèvres glissant le long de ma queue. Je pouvais sentir mon orgasme approcher, ma bite prête à exploser.

Je lui ai alors dit : « Je vais jouir, prépare-toi. » Elle a gémi en réponse, suçant plus fort. Je me suis alors vidé dans sa bouche, mon sperme chaud et épais se répandant dans sa gorge. Elle a tout avalé, léchant mes couilles avec gourmandise.

Je me suis alors retiré d’elle, la laissant haletante et tremblante de désir. Je lui ai dit : « Ce n’est que le début, chienne. Je vais te faire jouir comme jamais auparavant. » Elle m’a regardé avec des yeux pleins de désir, attendant avec impatience la suite de notre rencontre.

Je l’ai alors emmenée dans la salle de repos, où il y avait un grand canapé en cuir. Je lui ai demandé de s’allonger sur le dos, les jambes écartées. Je me suis positionné entre ses cuisses, ma bite prête à la pénétrer de nouveau.

Je l’ai baisée avec fougue, mes couilles claquant contre son cul à chaque coup de rein. Elle criait de plaisir, ses seins rebondissant au rythme de nos va-et-vient. Je pouvais sentir son anus se contracter, elle était prête à être enculée de nouveau.

Je lui ai alors demandé : « Tu veux sentir ma bite dans ton cul de nouveau, chienne ? » Elle a crié oui, ses yeux suppliants. Je lui ai craché sur la rondelle, la lubrifiant avec ma salive. J’ai alors commencé à la pénétrer, lentement mais sûrement.

Je l’ai enculée sans retenue, ma bite allant et venant dans son fion serré. Elle criait de plaisir et de douleur, ses mains agrippant le canapé en cuir. Je pouvais sentir mon orgasme approcher, ma bite prête à exploser.

Je lui ai alors demandé : « Tu veux que je jouisse dans ton cul de nouveau, chienne ? » Elle a crié oui, ses yeux suppliants. Je me suis alors retiré d’elle, la laissant haletante et tremblante de désir. Je lui ai dit : « Tourne-toi et suce-moi, salope. Je veux jouir dans ta bouche de nouveau. »

Elle s’est exécutée sans hésiter, prenant ma bite dans sa bouche chaude et humide. Elle me pompait avec avidité, ses lèvres glissant le long de ma queue. Je pouvais sentir mon orgasme approcher, ma bite prête à exploser.

Je lui ai alors dit : « Je vais jouir, prépare-toi. » Elle a gémi en réponse, suçant plus fort. Je me suis alors vidé dans sa bouche, mon sperme chaud et épais se répandant dans sa gorge. Elle a tout avalé, léchant mes couilles avec gourmandise.

Je me suis alors retiré d’elle, la laissant haletante et tremblante de désir. Je lui ai dit : « Ce n’est que le début, chienne. Je vais te faire jouir comme jamais auparavant. » Elle m’a regardé avec des yeux pleins de désir, attendant avec impatience la suite de notre rencontre.

Je l’ai alors emmenée dans la douche, où je l’ai lavée de fond en comble. Je lui ai caressé le corps, la faisant frissonner de plaisir. Je lui ai alors dit : « Tu es à moi maintenant, chienne. Je vais te faire jouir comme jamais auparavant. »

Et c’est ce que j’ai fait. Je l’ai baisée dans toutes les positions possibles, la faisant jouir de plaisir. Je l’ai enculée, lui ai fait une fellation, lui ai léché la chatte. Je l’ai fait jouir encore et encore, jusqu’à ce qu’elle soit épuisée.

Je l’ai alors laissée dans la douche, haletante et tremblante de désir. Je lui ai dit : « A la prochaine, chienne. Je vais te faire jouir comme jamais auparavant. » Et je suis parti, laissant derrière moi une femme comblée et satisfaite.

C’était la fin de notre rencontre, mais ce n’était que le début de notre relation. Je savais que je la reverrais bientôt, et que je la ferais jouir encore et encore. Je savais que j’avais trouvé ma chienne, ma salope, ma chaudasse. Et je savais que je ne la lâcherais jamais

Publications similaires