Désirs Partagés : Une Rencontre de Camping Passionnelle et Anal

Je m’appelle Leopold, ergothérapeute de 54 ans, et je suis célibataire depuis plus longtemps que je ne voudrais l’admettre. J’ai toujours été un homme simple, appréciant les plaisirs de la vie, dont certains sont plus intimes que d’autres. J’ai un faible pour le plaisir anal, un désir que j’ai gardé pour moi pendant de nombreuses années. Mais tout a changé lors de mon dernier voyage de camping.

Je me souviens de ce jour comme si c’était hier. Le soleil commençait à se coucher, teintant le ciel d’un rose profond. J’étais assis devant ma tente, savourant une bière fraîche, lorsque je l’ai vue. Elle était grande, aux courbes généreuses, avec une poitrine ferme et des fesses rebondies. Ses yeux brillaient d’une lueur sauvage et indomptée. J’étais immédiatement attiré par elle, mon chibre se dressant dans mon pantalon.

« Salut, » elle a dit, s’approchant de moi avec un sourire séducteur. « Je m’appelle Clara. »

Sa voix était rauque, presque animale. J’ai senti une vague de chaleur me traverser le corps, mon désir pour elle devenant de plus en plus intense. « Leopold, » j’ai répondu, essayant de garder mon calme.

Nous avons parlé pendant des heures, découvrant progressivement nos désirs communs. Elle était une chaudasse, une femme qui savait ce qu’elle voulait et n’avait pas peur de le demander. Et ce qu’elle voulait, c’était moi. Elle voulait que je l’encule, que je lui fasse découvrir le plaisir anal dont elle avait tant entendu parler.

Mon cœur battait la chamade, ma bite palpitante dans mon pantalon. J’étais excité comme jamais auparavant. Je l’ai invitée dans ma tente, où nous avons continué à explorer nos désirs les plus profonds.

Je l’ai allongée sur le dos, ses jambes écartées, révélant sa chatte mouillée et invitante. J’ai commencé par la doigter, glissant mes doigts dans sa fente chaude et humide. Elle gémissait de plaisir, sa poitrine se soulevant et s’abaissant au rythme de ses respirations profondes.

Je me suis ensuite déplacé vers son anus, le caressant doucement avec mon doigt. Elle a frémi, une expression de surprise et d’excitation se peignant sur son visage. Je l’ai préparée lentement, glissant un doigt, puis deux, dans son fion serré.

Je pouvais sentir son excitation monter, sa chatte devenant de plus en plus mouillée. Je savais qu’elle était prête. Je me suis positionné derrière elle, ma queue dure et palpitante, prête à la pénétrer.

J’ai poussé lentement ma bite dans son cul, lui laissant le temps de s’adapter à ma taille. Elle a gémi, une combinaison de douleur et de plaisir. Je me suis déplacé lentement au début, lui laissant le temps de s’habituer à la sensation. Mais bientôt, nous avons trouvé notre rythme, nos corps se déplaçant ensemble dans une danse ancienne et primale.

Je pouvais sentir mon orgasme monter, mes couilles se resserrant. J’ai pompé plus fort, plus profondément, sentant son cul serré autour de ma bite. Elle a crié, son orgasme l’emportant, son corps se convulsant sous moi.

Je me suis retiré juste à temps, mon sperme jaillissant sur ses fesses rebondies. Nous sommes restés là, nos corps en sueur collés l’un à l’autre, essayant de reprendre notre souffle.

Mais la nuit était encore jeune, et nous avions encore beaucoup de choses à explorer. Je savais que ce n’était que le début de notre aventure érotique. J’ai hâte de voir ce que la suite nous réserve.Après notre première expérience, Clara et moi étions plus affamés que jamais. Nous avons pris une pause, nous rafraîchissant avec un verre d’eau, mais nos regards ne cessaient de se croiser, remplis de désir brûlant.

« Je veux te sucer, » elle a murmuré, ses yeux rivés sur mon chibre encore dur. Je n’ai pas pu résister à son offre. Elle s’est mise à genoux devant moi, sa bouche s’ouvrant lentement pour accueillir ma queue. Elle a commencé à me pomper, sa langue dansant autour de mon gland, me faisant gémir de plaisir.

J’ai regardé sa tête se déplacer de haut en bas, mes mains dans ses cheveux, guidant son mouvement. Je pouvais sentir sa salive couler le long de ma tige, ses lèvres serrées autour de moi. J’ai commencé à pomper plus fort, ma bite allant et venant dans sa bouche chaude et humide.

Mais je voulais plus. Je voulais la baiser à nouveau, la sentir se serrer autour de moi. Je l’ai allongée sur le ventre, ses fesses rebondies offertes à ma vue. J’ai caressé son cul, mes doigts glissant dans sa fente mouillée, puis remontant vers son anus. Elle a frémi sous mon toucher, gémissant de plaisir.

Je me suis positionné derrière elle, ma bite dure prête à la pénétrer à nouveau. J’ai poussé lentement, sentant son fion serré s’ouvrir pour moi. J’ai commencé à la baiser lentement, lui laissant le temps de s’habituer à ma taille. Mais bientôt, j’ai commencé à pomper plus fort, mes couilles claquant contre ses fesses.

Je pouvais sentir son plaisir monter, sa chatte devenant de plus en plus mouillée. Je savais qu’elle était proche. J’ai pompé plus fort, plus profondément, sentant son cul se serrer autour de moi. Elle a crié, son corps se convulsant sous moi, sa rondelle se serrant autour de ma bite.

Je me suis retiré juste à temps, mon sperme jaillissant sur ses fesses rebondies. Elle s’est retournée, un sourire coquin sur le visage. « Tu as aimé ça, salope? » je lui ai demandé, mon souffle encore court.

Elle a hoché la tête, ses yeux brillants de désir. « Oui, » elle a murmuré. « Encule-moi encore. »

J’ai souris, mon chibre déjà dur à nouveau. Je l’ai allongée sur le dos, ses jambes écartées, sa chatte mouillée et invitante. Je me suis penché, ma langue trouvant son clitoris, le suçant et le léchant jusqu’à ce qu’elle gémisse de plaisir.

Puis, je me suis déplacé vers son anus, le léchant et le suçant jusqu’à ce qu’il soit bien lubrifié. Je me suis positionné au-dessus d’elle, ma queue prête à la pénétrer à nouveau.

J’ai poussé lentement, sentant son fion serré m’accueillir. J’ai commencé à la baiser lentement, lui laissant le temps de s’habituer à ma taille. Mais bientôt, nous avons trouvé notre rythme, nos corps se déplaçant ensemble dans une danse ancienne et primale.

Je pouvais sentir mon orgasme monter, mes couilles se resserrant. J’ai pompé plus fort, plus profondément, sentant son cul se serrer autour de moi. Elle a crié, son orgasme l’emportant, son corps se convulsant sous moi.

Je me suis retiré juste à temps, mon sperme jaillissant sur son ventre. Nous sommes restés là, nos corps en sueur collés l’un à l’autre, essayant de reprendre notre souffle.

Mais la nuit était encore jeune, et nous avions encore beaucoup de choses à explorer. Je savais que ce n’était que le début de notre aventure érotique. J’ai hâte de voir ce que la suite nous réserve

Publications similaires